The Division 2 : à quoi peut-on s’attendre si la société s’effondre ?

Qu’il s’agisse de The Division lancé en 2016 ou de sa suite The Division 2 qui arrive ce vendredi, le postulat de départ est clair. L’humanité s’est construite telle un château de cartes ; retirez-en une et tout seffondre. L’équipe de développement dépeint à travers cette saga dystopique la fragilité de notre société, qui à mesure qu’elle progresse et se complexifie, en devient d’autant plus vulnérable.

The Division 2_artwork

L’attaque biologique au cœur des préoccupations

Quelles seraient les conséquences d’une attaque biologique, l’une des menaces les plus incontrôlables de nos jours ? Les virus ne font aucune distinction géographique, de genre, d’âge ou d’origine. L’impact d’une pandémie serait universel et affecterait tous les secteurs de la société. C’est une préoccupation majeure pour les autorités comme en témoignent les exercices Dark Winter en 2001 et plus récemment CladeX, organisé en mai 2018 à Washington D.C. Dans cet exercice, un groupe composé notamment d’officiels du gouvernement américain devait réagir à une épidémie internationale, conséquence d’un virus créé par l’Homme. Si les résultats de ce type de simulation sont inexorablement dramatiques afin de pouvoir en tirer des enseignements marquants, il n’en reste pas moins qu’à la fin de l’exercice, le premier vaccin avait échoué, les marchés étaient en chute de 90%, le Président était infecté, les États-Unis avaient été forcés de nationaliser leur système de santé et des dizaines de millions avaient péri.

Écroulement des infrastructures critiques

La dystopie The Division illustre les conséquences plausibles d’une telle crise, l’écroulement des infrastructures critiques et des ressources vitales au fonctionnement d’une nation. Elle nous rappelle à quelle vitesse et avec quelle facilité nous pourrions glisser dans un monde effrayant, non-démocratique et théâtre d’horreurs. Ancré dans notre réalité, The Division 2 vise à pousser les joueurs à la réflexion, à se poser des questions sur le monde qui les entoure.

The Division 2_street_trash

Le saviez-vous ?

Aux États-Unis, le Strategic National Stockpile (SNS) est la réserve nationale stratégique d’urgence d’antibiotiques, de vaccins, d’antidotes chimiques, d’antitoxines et d’autres équipements et matériels médicaux critiques.  Dans l’éventualité d’une situation d’urgence impliquant un acte bioterroriste ou une pandémie naturelle, le SNS a la possibilité de compléter voire fournir des éléments aux autorités locales qui auraient pu être submergées par la crise, avec un temps de réactivité de moins de 12 heures. En coordination avec les états et les autorités locales, le SNS peut répondre aux pandémies bactériennes et virales, aux grippes, aux urgences nucléaires/expositions à des radiations, aux attaques chimiques et aux catastrophes naturelles.

Des experts au service du scénario

Malgré les simulations et les exemples qu’offre le passé, il demeure impossible de connaître les caractéristiques exactes d’un virus pandémique avant qu’il n’émerge et ne se répande. L’équipe a donc fait des recherches poussées et rencontré des experts afin d’établir des projections plausibles. Parmi ces experts figurent notamment des spécialistes de la FEMA (Agence Fédérale des Situations d’Urgence), dont les témoignages ont apporté une mine d’or d’informations sur les conséquences d’un désastre et les efforts déployés pour palier des catastrophes naturelles ou causées par l’Homme.

Exemples d’enseignements tirés de la FEMA :

  • Il existe deux typologies de désastre: les événements détectés, comme les tempêtes et tornades, et les événements non-détectés, comme les tremblements de terre ou les attaques terroristes.
  • «Snowzilla», le blizzard de janvier 2016 qui a provoqué la mort de plusieurs dizaines de personnes, nous a montré à quel point Washington D.C. n’était pas préparée et à quel point les équipements adéquats faisaient défauts.
  • En cas de catastrophes, il est préférable de faire tout son possible pour garder les gens chez eux, dans leur foyer, notamment car la construction, l’installation et la préparation d’abris nécessitent énormément d’efforts.
  • À Washington D.C., plusieurs lieux déjà existants pouvant servir de refuge ont été identifiés: le Capital One Arena, la gare Union Station.

L’équipe de développement a également rencontré des pompiers de la caserne de Chinatown (premiers intervenants en cas d’incident à la Maison Blanche ou au Capitole), la Special Events Unit du Metropolitan Police Department de Washington, les Silver Jackets en charge des risques d’inondation à Washington D.C., des vétérans des Forces Spéciales, etc.

Tom Clancy’s The Division 2 sera disponible le 15 mars sur PC, Xbox One et PS4.

L'auteur

Emeline Berthon est Attachée de Presse au sein d'Ubisoft France, et lorsque qu'elle n'est pas au téléphone avec les journalistes, elle voue un véritable culte aux raccoons, réels ou fictifs. Vous la retrouverez aussi sur les terrains de hand d'Ile-de-France ou accrochée à un mur d'escalade depuis qu'elle se prend pour Spider Gwen. Twitter : @E_melineB