Star Trek: Bridge Crew – Ubiblog à bord de l’Aegis et de l’Enterprise

Lorsque l’on est aux commandes d’un vaisseau de la Fédération, il ne s’agit pas seulement de naviguer au travers de champs d’astéroïdes et de réduire les vaisseaux ennemis en poussière. Cela requiert une bonne coordination et de la communication, deux qualités essentielles lorsque vous jouez à Star trek : Bridge Crew. Vous pouvez bien sûr incarner le Capitaine et vivre cette simulation en solo ; l’expérience de jeu complète, toutefois, rassemble jusqu’à 4 joueurs en ligne qui, plongés dans des situations au combien stressantes, lanceront leurs injonctions et leurs rapports de situation à pleins poumons de part et d’autre du pont du vaisseau.

star-trek-bridge-crew_ubiblog-1

Star Trek: Bridge Crew arrive sur toutes les plateformes VR le 30 mai prochain et nous avons eu la chance de mettre à l’épreuve nos capacités à travailler en équipe au cours de 2 missions :

  • Prendre les commandes de l’U.S.S Aegis (un vaisseau spécialement créé pour le jeu) et secourir des colons bloqués en territoire hostile Klingon
  • Traquer un fugitif ennemi depuis le pont du célèbre U.S.S Enterprise, recréé dans les moindres détails à partir des répliques et des schémas issus des recherches des fans sur la série d’origine.

Chacun de nous dans l’équipe a joué différents rôles dans ces deux simulations. Nous allons donc vous partager en quelques mots chaque expérience, en commençant par….

Chris Watters : Capitaine

Il est essentiel pour tout bon Capitaine d’un vaisseau de la Fédération d’avoir confiance en ses capacités de leader. Mais comment vraiment savoir si l’on sera capable de prendre la tête d’un équipage alors que l’on joue pour la toute première fois à Star Trek: Bridge Crew ? Heureusement, les tutoriels du jeu permettent de comprendre les responsabilités de chaque rôle, et quelles tâches reviennent au Capitaine, au Barreur, au Tacticien ou à l’Ingénieur. Lorsque vous jouez en solo, une roue de commandes apparaît lorsque vous dirigez votre regard sur une autre station. Lorsque vous jouez à plusieurs, chaque joueur est responsable des actions requises sur sa station.

star-trek-bridge-crew_ubiblog-2

En revanche c’est à vous, en tant que Capitaine, de les diriger. Seul le Capitaine voit les objectifs et guide l’équipage à travers la mission. Il s’avère que même si vous ne connaissez pas exactement les tâches de chaque membre pour votre première mission, les membres de l’équipage réussissent à les interpréter et à les traduire en actions concrètes assez facilement. Lorsque j’ai sélectionné une destination sur ma carte et clamé tout haut « Nous devons aller à cette destination », l’Ingénieur a tout de suite commencé à charger le réacteur à distorsion tandis que le Barreur nous a mis dans la position adaptée. J’ai alors appris que se déplacer par distorsion était un processus en deux étapes ; non sans avoir prématurément lancé un ou deux « Engagez ! » qui ont bien fait rire mon équipage. Au moins c’était bon pour le moral des troupes.

Lorsque nous nous sommes retrouvés en situation de combat, j’ai senti mon fauteuil de Capitaine monter en température. Tout a commencé par l’activation de l’alerte rouge (parfait pour garder votre équipage sur le qui-vive en tout temps !). J’ai ensuite très vite été débordé en essayant de garder le contrôle de la situation. Si les membres de l’équipage peuvent individuellement voir l’état des boucliers, le positionnement du vaisseau dans l’espace et la position de l’ennemi, c’est au Capitaine de coordonner les efforts de tout le monde en gardant l’objectif en ligne de mire. Nous avons eu régulièrement des tâches à réaliser dans des contraintes de temps données tout en étant en plein combat contre des vaisseaux ennemis, et j’ai très vite compris pourquoi Jean-Luc Picard demandait constamment des rapports à son équipe !

star-trek-bridge-crew_ubiblog-3

Les rapports de l’équipage ont été primordiaux pour moi lorsque j’ai dû calculer à quel moment prévoir notre sortie pour sauver des colons flottant dans leur capsule de survie tandis qu’une éruption solaire promettant une mort certaine était imminente ! Réunir toutes nos ressources pour réussir cette sortie in-extremis m’a fait vivre une vraie poussée d’adrénaline et m’a fait ressentir toute l’ampleur du rôle de Capitaine.

Un peu plus tard, alors que nous luttions pour manœuvrer en plein champ d’astéroïdes et attaquer un Oiseau-de-Guerre Klingon, j’ai vécu le désespoir que l’on peut ressentir lorsqu’on n’arrive pas soi-même à tout garder sous contrôle. Ces émotions font partie des hauts et des bas que vous pouvez voir dans chacun des meilleurs épisodes de Star Trek et j’en suis ressorti d’autant plus excité à l’idée de reprendre à nouveau les commandes de l’équipage.

Giancarlo Varanini: Tacticien

Être Officier Tacticien est une énorme responsabilité sur un vaisseau de la Fédération ; tout l’armement du vaisseau et ses boucliers sont sous votre contrôle, de même que les commandes de scan, de téléportation et d’intrusion (en collaboration avec les autres stations). En résumé, quand votre vaisseau entre en conflit avec des vaisseaux ennemis Klingon alors que vous essayez de secourir des survivants dans leur capsule de survie, les choses deviennent un tant soit peu risquées. Fort heureusement, il est assez facile de comprendre ce que vous devez faire et à quel moment sur l’Aegis. Au cours des premières missions, vous prendrez l’habitude de baisser les boucliers avant d’initier une téléportation ou bien de scanner des vaisseaux, ce qui non seulement vous fournit des informations sur les systèmes d’un vaisseau donné, mais vous permet en plus de le cibler individuellement pour des intrusions – lorsque, par exemple, vous avez besoin de désactiver les moteurs d’un vaisseau allié pour l’empêcher de partir à la dérive et de finir dans une anomalie spatiale…

star-trek-bridge-crew_ubiblog-4

Pour ce qui est du combat, manœuvrer les phaseurs et les torpilles est quelque chose d’assez simple, mais garder un œil sur la situation d’ensemble et toujours communiquer sont des rôles essentiels si vous voulez être un bon Officier Tacticien.

Lorsque notre équipage a quitté le pont de l’Aegis pour rejoindre l’Enterprise, nous avons entamé une mission nous lançant à la poursuite d’un pirate. Nous avons fini par atteindre un champ d’astéroïdes et votre premier réflexe lorsque vous êtes au poste de Tacticien est généralement de tirer tout de suite toutes les munitions que vous avez pour détruire le vaisseau ou le mettre hors d’usage. Mais dans ce scénario, ce que je n’ai pas réalisé, c’est que toutes mes torpilles ont touché les astéroïdes sans jamais atteindre le vaisseau ennemi. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à écouter mon Capitaine et mes coéquipiers avec un peu plus d’attention, tandis qu’ils manœuvraient le vaisseau pour le positionner en dehors des amas d’astéroïdes. Ils ont ainsi amélioré mes chances de toucher l’ennemi.

Que vous ayez sauvé des survivants en perdition ou vaincu des Klingons en combat, vous ressentez une sensation de soulagement lorsque les choses semblent se dérouler convenablement côté tactique. En revanche, vous serez vraisemblablement le principal responsable si les choses ne se passent pas comme vous le souhaitez.

star-trek-bridge-crew_ubiblog-5

Mikel Reparaz: Ingénieur sur l’Aegis et Barreur sur l’Enterprise

L’Ingénieur du pont vous conviendra parfaitement si vous aimez jouer un rôle de soutien. Vous n’aurez pas à engager les hostilités ou à piloter le vaisseau. En revanche vous aurez la responsabilité d’alimenter les différents systèmes du vaisseau en énergie – et particulièrement les phaseurs, les moteurs et les boucliers, qui peuvent chacun recevoir jusqu’à cinq niveaux d’énergie. Dans les prémisses de la première mission à bord de l’Aegis, j’ai dû principalement maintenir les moteurs allumés pour permettre l’impulsion, rien de très intense à ce moment-là, mais les choses se sont rapidement accélérées dès lors que nous avons attiré l’attention de certains Klingons.

Idéalement, le travail de l’Ingénieur est de maintenir l’utilisation des ressources énergétiques au plus bas lors d’une situation de danger afin que le vaisseau reste indétectable.  Mais une fois repéré, il s’agit de redistribuer l’énergie au plus vite pour que les boucliers gardent une puissance suffisante et que les phaseurs puissent toucher leur cible. Ce qui est intéressant, c’est que la force du phaseur ne réside pas dans sa puissance de feu, mais dans sa portée. Si une cible est, disons, à moins de 10 kilomètres, vous n’aurez probablement pas besoin de plus d’un ou deux niveaux d’énergie – un phaseur complétement chargé peut atteindre jusqu’à 20 kilomètres. Si l’énergie maximum n’est pas suffisante pour faire face à une situation, vous pouvez également réacheminer l’énergie d’un autre système pour booster une fonction au-delà de sa capacité initiale (bien que cela puisse endommager le vaisseau si vous le faites trop longtemps).

Si la coque absorbe des dommages, certains systèmes clés peuvent aussi être endommagés. Lorsque cela arrive, l’Ingénieur dispose de trois équipes de réparation qui peuvent être assignées à la réparation des boucliers, des moteurs, des torpilles, des bandes émettrices des phaseurs, des scanners ou du cœur du réacteur à distorsion. Et en parlant de réacteur à distorsion, c’est également l’Ingénieur qui se charge de le charger lorsqu’il est temps de quitter un système, ce qui créée une fenêtre étroite pendant laquelle le Barreur peut aligner le vaisseau avec sa destination et engager la vitesse supraluminique.

star-trek-bridge-crew_ubiblog-6

Lorsque nous avons quitté l’Aegis pour rejoindre le pont de l’Enterprise, j’ai été transféré à la barre ; j’y ai découvert des contrôles complètement différents. En recréant le vaisseau mythique, les développeurs se sont efforcés d’être le plus précis possibles, en visitant une réplique du plateau d’origine de la série et en étudiant les documents créés par les fans sur les contrôles et leurs fonctions (en général). Grâce à cela, les contrôles du Barreur sur l’Enterprise sont semblables à ceux que George Takei ou Hikaru Sulu voyaient à l’époque : un panneau de six boutons de gomme cubiques non marqués, avec un ensemble d’interrupteurs juste en dessous.

Par chance Star trek : Bridge Crew vous permet de charger une interface affichant les fonctionnalités de chaque bouton (aussi bien sur l’Aegis que sur l’Enterprise). Le vaisseau se laisse manœuvrer en utilisant des touches façon « ZQSD » sur un clavier et changer l’angle de la caméra m’a offert une vue extérieure plus claire que ce que propose l’écran de l’Enterprise, me permettant ainsi de naviguer plus facilement autour des astéroïdes et autres débris de l’espace. Les interrupteurs, au final, servent à activer l’impulsion et le réacteur à distorsion, les deux permettant un déplacement plus rapide. Cela nécessite également de vous coordonner avec l’Ingénieur, que ce soit pour vous assurer que les moteurs ont une puissance suffisante pour une impulsion ou pour charger le réacteur à distorsion pour partir explorer de nouveaux systèmes.

star-trek-bridge-crew_ubiblog-7

Étant donné que le pont d’origine de la série télévisée a davantage été construit pour le design que pour l’usage, les contrôles de l’Enterprise ne sont pas aussi intuitifs que ceux de l’Aegis, mais la fidélité et le détail apporté à la création de Star Trek: Bridge Crew promettent de faire vivre une expérience fantastique aux fans invétérés de la série.

Star Trek: Bridge Crew sera disponible sur Oculus Rift, HTC Vive et PSVR le 30 mai.