LE FILM ASSASSIN’S CREED – Premières impressions sur le tournage à Almeria, en Espagne – Quelques mots avec l’équipe et Michael Fassbender

En décembre dernier, un de nos collèges outre-Atlantique a eu la chance de se rendre sur le tournage du film Assassin’s Creed, en présence de toute l’équipe. Michael Beadle, Associate Director PR aux Etats-Unis, nous partage ainsi ses premières impressions et quelques anecdotes.

« A peine arrivé, j’aperçois Michael Fassbender dans son costume, se baladant sur le plateau concentré dans son rôle d’Aguilar, le maître Assassin. Il salue chaque membre de l’équipe d’une poignée de main et a un petit mot pour chacun. C’est à  ce moment-là que je réalise enfin : je suis sur le tournage du film Assassin’s Creed !

LE SAUT DE LA FOI

Voir un Saut de la Foi grandeur nature de ses propres yeux, c’est surréaliste.

08A_AC_27x40_Intl_1Sheet_France

Mais le voilà, le cascadeur et expert en parkour, Damien Walters, debout sur une plateforme qui l’élève à plus de 30 mètres au-dessus du sol désertique, juste à l’extérieur de la ville d’Almeria. Il attend pour prendre son élan et effectuer le plus haut saut en chute libre qu’il ait jamais eu à exécuter et atterrir sur le coussin gonflable le plus petit qu’il ait eu à atteindre jusque-là.
La tension est palpable. Tout le monde est figé, les yeux fixés sur cet homme qui attend que l’hélicoptère tourne autour de lui pour avoir le meilleur plan possible. Damien Walters fait signe qu’il est prêt. Moteur. Action ! Il saute.

“Pourquoi faire du CGI (des images de synthèses) quand on peut le faire pour de vrai ?” s’amuse Justin Kurzel, le réalisateur du film. « Pour la première fois nous avons quelqu’un en chair et en os qui tente le saut de la foi et c’est le saut le plus haut qu’il n’ait jamais fait.»

Alors qu’il est en pleine chute libre, Damien Walters prend la posture exacte réalisée des millions de fois par des millions de joueurs, lorsqu’ils se mettent dans la peau d’Altair, Ezio, Connor, Aveline, Arno, Jacob ou Evie. Après avoir atterri, il se relève et fait signe que tout va bien. Certains membres de l’équipe applaudissent, certains ont le souffle coupé, béat d’admiration, et d’autres sont simplement là, secouant la tête car ils n’en reviennent toujours pas.

LA CONFRÉRIE

Après avoir assisté à cet incroyable Saut de la Foi et entendu Justin Kurzel en parler, j’ai soudainement réalisé que ce moment représentait parfaitement le processus de création du film Assassin’s Creed. C’est un projet précis et calculé, rassemblant certains des meilleurs talents de l’industrie cinématographique pour pouvoir créer quelque chose d’extraordinaire.

Ubisoft Motion Pictures et New Regency ont réuni une équipe de production exceptionnelle et un casting 5 étoiles pour porter pour la première fois Assassin’s Creed sur grand écran. L’équipe de production fait partie de l’élite hollywoodienne. Elle est composée de Frank Marshall (producteur), Justin Kurzel (réalisateur), Michael Fassbender, Marion Cotillard, Patrick Crowley (producteur), Andy Nicholson (design production), Sammy Sheldon (costume), ainsi qu’une multitude d’autres talents.

Le film est une grosse production, et l’équipe a travaillé dur pour donner vie à l’Inquisition espagnole [époque retenue pour le film]. Au début de la journée, Patrick Crowley nous explique qu’il s’agit probablement  d’un des plus gros tournages en extérieur jamais mis en place pour un film. Il nous décrit tous les équipements et nous détaille toute l’infrastructure mise en place : les nombreux camions et voitures équipés de caméras, l’hélicoptère, les différents chariots de travail conçus pour correspondre à la période historique, ainsi que deux énormes grues dépêchées spécialement pour capturer le Saut de la Foi.

Les costumes de Sammy Sheldon sont irréprochables et incroyablement détaillés. Chacun d’entre eux est cousu main, et la costumière nous a confié que c’était sans aucun doute le plus gros projet sur lequel elle et son équipe aient jamais travaillé.
Elle a dû créer les costumes d’Assassins et de Templiers de sorte qu’ils soient crédibles et fonctionnels – ce qui n’a pas été chose facile lorsqu’elle a vu les mouvements effectués lors des combats, le parkour, et le fait qu’une grande partie des scènes se déroulait dans la poussière et la saleté.

Bien que nous n’ayons pas pu prendre de photo du tournage ce jour-là, ce fut tout de même une expérience hors du commun – voir l’équipe de production et les acteurs refaire simultanément plusieurs scènes dans différents endroits, les filmer une par une et les effectuer avec précision. Pendant que Damien Walters se prépare pour mettre en place son Saut de la Foi, Michael Fassbender perfectionne sa propre cascade qui consiste à monter sur un chariot en mouvement tout en se battant contre un certain nombre de Templiers.

DU PUR ASSASSIN’S CREED

L’annonce du film Assassin’s Creed a suscité beaucoup d’intérêt et d’espoir – mais également des craintes – de la part des fans et des joueurs. Ubisoft, Ubisoft Motion Pictures, le réalisateur Justin Kurzel et tous les membres de l’équipe du film en sont pleinement conscients.

« Je pense que le jeu a une réelle dimension cinématographique. Cela se voit au niveau du gameplay et des bandes annonces » nous confie Justin Kurzel. « Je pense aussi que ce n’est pas un jeu de super héros. Ce sont de vraies personnes qui font des choses extraordinaires. En termes de concept et d’idées, nous racontons l’histoire d’un homme, dans le présent, qui découvre qu’il est un Assassin. »

Afin de créer  un véritable univers Assassin’s Creed dans le cadre d’un film, il a été décidé de le rendre aussi réel, brut et cru que possible. En comparaison avec d’autres grosses productions, le CGI a été beaucoup moins utilisé, les scènes de combats, les cascades, ainsi que les scènes de parkour ont été filmées en temps réel avec des acteurs et des cascadeurs, permettant un rendu réaliste. « Je pense que tout est dans l’approche que nous avons de cet univers : essayer de donner un sentiment de réel à toutes les cascades et à l’action dans le film. Dès le départ, nous nous sommes demandés : comment pourrions-nous donner au public l’impression que tout ce que nous leur montrons a pu être réalisé pour de vrai ? C’est pour ça que nous avons tourné dans de vrais lieux et que nous avons effectué un Saut de la Foi plus vrai que nature. Nous avons tout fait pour respecter le style du jeu tout en l’adaptant aux besoins de notre format cinématographique”, explique Justin Kurzel.

Les joueurs ont passé d’innombrables heures dans le monde d’Assassin’s Creed, ils savent donc ce qui respecte ou non les codes de la marque. La collaboration entre l’équipe de production et l’équipe d’Ubisoft Montréal a donc été très bénéfique.

« Il s’agit d’inventer une histoire en prenant en compte les différents éléments du jeu tout en restant fidèle aux attentes des fans. C’est un sacré défi, mais j’ai toujours vu ce projet comme un film à part entière. Je respecte le jeu et j’ai passé beaucoup de temps à y jouer, mais il arrive toujours un moment où il devient nécessaire de regarder ton projet comme un film et le faire fonctionner comme un film. » précise Justin Kurzel.

LES VRAIS ASSASSINS

En dehors de la trilogie d’Ezio, chaque épisode d’Assassin’s Creed nous présente un nouvel Assassin, et c’est aussi valable pour le film. Michael Fassbender joue à la fois le rôle de Callum Lynch dans le « présent » et d’Aguilar dans le « passé », au moment de l’Inquisition espagnole. Il nous donne son ressenti sur les prémisses du film et sur son expérience face à ces deux rôles.

« Nous restons fidèles aux jeux avec des éléments iconiques comme l’Animus, la mémoire génétique des personnages et les artefacts.. » nous explique-t-il.

Le rôle de Callum Lynch étant prédominant dans le « présent », c’est un travail tout en nuance qu’a dû réalisé Michael Fassbender pour différencier ces deux personnages. Il reprend : “Aguilar est très différent de Cal, il appartient à la Confrérie et consacre sa vie au credo des Assassins, alors que Cal est un vagabond, un solitaire, sans attache et sans famille. Tout cela lui a été arraché. »

Je lui ai alors dit que lorsque nous l’avons vu pour la première fois sur le tournage, arborant la capuche et marchant de scène en scène, les personnes présentes ont toutes reconnu qu’il était un Assassin parfaitement crédible.

« Merci, c’est très important pour moi. »

Michael Fassbender en Assassin, c’est quelque chose qu’Ubisoft Motion Pictures avait en tête dès le début. Il fut d’ailleurs le seul à être approché pour ce rôle.

Ubisoft Motion Pictures considère  Michael Fassbender comme le meilleur acteur de sa génération. Les studios avaient besoin d’un acteur extraordinaire capable de jouer deux rôles : un héros du passé et un héros du présent. C’est la première raison qui a déterminé leur choix. La deuxième raison est que Michael Fassbender, dans sa carrière professionnelle, a joué aussi bien dans des films indépendants que dans des grosses productions. Pour en citer quelques-uns : Hunger, 12 Years a Slave, mais aussi X-Men et Prometheus.

Et enfin, un Assassin doit être élégant et Michael Fassbender est une personne élégante et brutale. Les studios avaient besoin de quelqu’un pouvant être à la fois gracieux dans les chorégraphies des combats et robuste.

C’est pour ces trois raisons que Michael Fassbender était le choix évident pour incarner ce rôle.

Si Michael Fassbender incarne Aguilar, le personnage principal, sa partenaire Maria, jouée par Ariane Labed est en réalité l’Assassin le plus expérimenté. Elle l’aide dans la lutte contre les Templiers et lui sert de guide pour qu’il trouve sa voie.

“C’est comme si j’incarnais la morale de l’Assassin. Il arrive qu’il se batte pour les mauvaises raisons, c’est mon rôle de lui rappeler ce pour quoi il se bat, » explique Labed. « Elle est déjà un Assassin et a plus d’expérience que lui. Elle est prête à tout pour la Confrérie. Ils s’aident toujours l’un l’autre. Je lui sauve la vie maintes et maintes fois et il fait la même chose pour moi. C’est le principe de notre relation. C’est plus une communication façon Western, le langage du corps plus que les mots, et une relation forte, pour faire face à la mort et aux combats. »

“En fait, c’est étrange, parce que je ne suis pas une grande gameuse. Il y a six ans de cela je crois, je n’avais jamais joué de ma vie, et soudain je tombe sur un Assassin’s Creed à la maison. Je crois que c’était le deuxième de la saga. J’ai commencé à y jouer juste pour m’amuser et j’ai adoré ! » explique Labed. « J’y ai joué comme une folle pendant trois semaines, ça ne m’était jamais arrivé avant. Et c’était il y a des années. Ensuite, pour le film, je m’y suis remise. Je me suis souvenue de la façon dont on se déplace, dont on saute. Les mouvements sont incroyables, je veux dire, c’est ce que j’essaie de faire moi-même, mais wow ! »

Ce « Wow » me semble être une bonne conclusion pour ces premières impressions du tournage Assassin’s Creed. Un grand merci aux équipes et aux acteurs pour le temps qu’ils nous ont consacré et, pour finir en beauté, regardons de nouveau le trailer du film :

Retrouvez Assassin’s Creed en salles le 21 décembre 2016
L'auteur

Marie-Saveria est l'Assistante Marketing de choc d'Ubisoft France. Pro du binge watching, c’est aussi avec un livre à la main qu’on peut la retrouver. Et lorsqu’elle n’est pas derrière son bureau à travailler ses newsletters, vous pouvez la retrouver en terrasse, au soleil. La dolce vita, ça la connait !